30 juil. 2017

Ali Haddad, un autre sous-fifre de Toufik, répudié et désigné comme bouc émissaire et fusible du pouvoir de l'ombre.


Le conseil que je réitère aux visiteurs qui observent l'actualité :
ne jamais se laisser entrainer par les campagnes médiatiques massives, bruyantes, fabriquées par, et coordonnées entre,
- les média de la subversion, contrôlés par les Lavigeristes aux penchants sionistes ! (Liberté, El-Watan, Le Soir, Algérie-Focus, TSA, etc...)
- les partis politiques régis par l'ambassade de France à Alger (Jil Jadid de Sofiane Djillali, RCD, etc...)
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
ILLUSTRATION : la prétendue offensive du premier ministre Tebboune dirigée uniquement contre Ali Haddad, campagne à laquelle on PRÊTE des intentions motivées par
- la vindicte personnelle, voir le règlement de comptes, ou
- le conflit d'intérêt entre deux hommes ou deux clans.
Analyse :
1- Tebboune s'en prend à celui qui a côtoyé Sellal et Bouchouareb, et bénéficié de leurs largesses sous une forme condamnable, abusive, et relevant du délit d'initié. Les marchés octroyés, dont les charges dépassaient les capacités de réalisations de l'ETRHB, sont soumises à des mises en demeure justifiées, révélant un vrai holdup institutionnalisé couvert par la plus haute autorité responsable, l'ex-premier et son ministre de l'industrie depuis 2012, mais surtout par l'ex-général Toufik, le "Rab Dzair" qui a enfanté des associés prédateurs, tous les pilleurs qui ont ruiné le pays (Rebrab et C°). 

L'objet de cette campagne : Ali Haddad est livré à la clameur du peuple comme bouc émissaire ! Les média veulent cacher le vrai débat : qui se résume à : "pourquoi Sellal et Bouchouareb ont-ils fermé les yeux sur les agissements de Haddad, au vue de sa déplorable performance dans la réalisation des projets alloués et inachevés, certains depuis 2010 ?"
L'acharnement violent sur Ali Haddad (seul) accompagné d'une impudique et flagrante indulgence envers Sellal et Bouchouareb sont plus que frappants ! On y perçoit une tentative de détournement de l'opinion loin du vrai débat ! Les Lavigeristes en bon élèves des jésuites maitrisent l'art de la dissimulation, de la simulation, et du camouflage ! Pourquoi Sellal et Bouchouareb sont-ils protégés par les rédactions lavigeristes transformées en tribunaux de l'inquisition où siègent juges et bourreaux obnubilés par Ali Haddad ?

Ma réponse : de nouveau rappelé, les deux ex-ministres appartiennent au pouvoir de l'ombre JMJ ! Ils doivent l'être après avoir bénéficié des faveurs du régime socialiste et de ceux ultérieurs (jusqu'à Amine Zeroual).

Sellal (carrière 1976-2017, soit 41 ans de mandarinat), vu par Issad Rebrab, son concitoyen de Bejaia. Indulgence sans limite !
"Le point de vue d’Issad Rebrab sur le Premier ministre Abdelmalek Sellal est beaucoup plus positif : « C’est un homme pragmatique, qui est pour le développement du pays et de l’entreprise privée. »

Aucun commentaire: