22 sept. 2015

la Chine tourne-t-elle le dos à l'Algérie et choisit le Maroc comme partenaire ? Elle regrette la mauvaise foi et inconsistance des interlocuteurs algériens, assujettis à Paris-Sion !

Manque d'entrain suspect de Sellal et de son gouvernement à s'engager dans un partenariat exclusif avec la Chine !
Le gouvernement algérien (en résidence en France) est attelé aux intérêts français au détriment de ceux de l'Algérie ! Ceci dure depuis 50 ans !
L'histoire jugera cette trahison !

Que se trame-t-il en Méditerranée ?
La présence Russe et Chinoise traduit la volonté des deux alliés de mettre en place en partenariat/ coordination une présence militaire navale défensive qui garantira la libre circulation des cargos de marchandises qui circuleront dans le cadre de la "Nouvelle Route de la Soie ". Ce projet commercial d'échange entre la Chine et une multitude de partenaires est de dimension civilisationnelle, une entreprise marquante du 21em siècle, appréhendée à sa juste dimension par les pays situés dans le sillage de cette route. Parallèlement 56 pays sont membres de la "Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures". Cet organisme financier, concurrent du FMI et de la Banque Mondiale, parraine le projet. Nombre de pays ont saisi l'importance de ce projet, le Maroc, l'Égypte, entre autres.
QU'EN EST-IL DE L'ALGÉRIE ?
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


 Prise dans les griffes de Paris-Sion, le gouvernement actuel, au service des intérêts de la judéo-maçonnerie de France refuse de s'engager malgré les avantages géostratégiques faisant d'elle une plateforme idéale prolongeant la Route de la soie, positionnée entre l'Afrique et l'Europe. Sellal et son bouffon Haddad sont allés à Pékin pour saboter cette initiative.
Pékin se tourne vers le Maroc, et ne lésine en rien pour le courtiser aller jusqu'à déverser des compliments souvent non fondés.

Mme Nacira Zellal et Malika Greffou : Expertes que les média subversifs occultent, ne leur accordant pas la parole, car elles réfutent le programme de Nouria Benghabrit !

 http://www.alterinfo.net/La-darija-comme-prothese_a117402.html :

«Hier c’était le gaz de schiste et aujourd’hui, c’est la daridja qui représente la pomme de discorde entre les algériens ; encore une fois , cette polémique provoquée sciemment par la recommandation du ministère de l’éducation d’utiliser la darija à l’école primaire n’a aucun sens sinon de faire diversion aux vrais problèmes que subit l’école algérienne .De tous les articles qui se rapportent à ce sujet , le plus pertinent , le plus édifiant et dont l’auteur fait preuve d’une compétence manifeste est celui du Dr Nacera Zellal , chercheur émérite à l’université d’Alger , publié dans le quotidien d’Oran du 20/08/2015 .  Orthophoniste de renom et reconnu par ses pairs mondialement, elle met en exergue l’ineptie de cette recommandation ministérielle de s’appuyer sur la daridja , langue maternelle pendant les deux premières années du primaire . Qu’elle en est le motif sur lequel repose cette pseudo solution qui ne fait que noyer le poisson dans l’eau dès lors que les enseignants algériens ne s’en privent pas pour l’utiliser dans leur cours de langue ? L’arabe dialectal, selon la ministre de l’éducation doit servir d’appui à l’apprentissage de l’arabe littéraire afin d’éviter aux élèves algériens le choc de la nouvelle langue et leur permettre d’y avoir accès progressivement. En sachant que l’arabe dialectale est un langage oral et prosaïque, exprimant souvent la quotidienneté , l’enfant arrivé à l’école a besoin de texte sous forme de conte, de pièce théâtrale et de poésie qui puisse le faire rêver et développer ses capacités cognitives .
Toujours selon le Dr Nacira Zellal ,<< le raisonnement se construit au contact de la langue ,dans ses règles abstraites , dès 4 ans>> ; spécialiste en neurosciences cognitives et dans les sciences de l’éducation, cette technique de soutien, précise-t-elle, n’est indiquée, que pour les enfants souffrant de troubles cognitifs ou pour les aphasiques, à croire que les enfants algériens sont des retardés mentaux . Autrement dit c’est la manière d’enseigner les langues et le contenu des manuels scolaires qui sont mis en cause ; les programmes d’enseignement et la formation des enseignants doivent être déterminés par la psychologie cognitive.

Boukharrouba et l'arabisation anarchique, non pédagogique, a été le catalyse de conflit culturel, religieux et communautaire, une vraie calamité pour l'Algérie !

Un aspect de sa biographie occulté par les biographes officiels est révélé par ce témoignage. Révélation qui ne surprends pas. Sans verser dans le moindre sectarisme ou régionalisme il explique beaucoup de faits.
-la sécurité militaire, sa garde rapprochée, ses zouaves étaient choisis parmi les personnels kabyles,
- il est le fondateur du département de langue berbère qu'il a livré aux kabyles chrétiens de la Sorbonne (un lieu privilégié de recrutement de ses acolytes, ministres, ambassadeurs, enseignants),
- son arabisation forcenée, non pédagogique, saturée de dogmatisme et de démagogie, est la cause de frictions et de réactions négatives ayant creusé les divergences entre communautés et provoquer des déchirements culturels allant au rejet, par nombre de francophones et d'algériens non arabisés, de l'islam, de ses valeurs civilisationnelles, et de la culture arabe millénaire. la stratégie du diviser pour régner est en réalité l'objectif assigné à ce projet, et il a été en partie atteint.
En conclusion la politique d'arabisation démagogique de Boukharrouba, peut être jugée littéralement de criminelle, une catastrophe multi dimensionnelle dont les séquelles nous endurons jusqu'à aujourd'hui, et ses méfaits toujours en cours ! 
             «J'avais 13 ans et j'étais interne au collège avec internat d'Akbou dans la wilaya de Bejaia! Nous étions en 1967 et ma pauvre mère n'avait pas les 340 DA nécessaires pour payer ma pension d'interne! Une nuit, j'avais pleuré en cachette au dortoir et Monsieur Benabid, homme compatit à ma souffrance et le lendemain; Monsieur le Directeur, un sage homme décida de me prendre dans sa voiture noire pour me retrouver en face du Premier Sous-Préfet d'Akbou! Il était fort beau et jeune et il avait pour nom Terki Zeghloul et c'est ce monsieur qui me donna de son argent 600 DA pour continuer mes études! Tous mes soucis s'envolaient et ma pauvre mère eut beaucoup de prières pour le bon sous-préfet!
surveillant de nuit, fut alerté par mes copains de chambrée! Le pauvre
         C'est comme cela que j'ai pu étudier et en 1999, soit 32 ans après, j'avais retrouvé cet homme généreux qui m'a serré dans ses bras comme il l'aurait fait avec l'un de ses nombreux enfants! Je suis devenu un ami proche de sa bonne famille et sa femme est originaire de ma région natale!
Quand j'étais Secrétaire Général du Club des Poètes de Bejaia sis à la Maison de la Culture de Bejaia, Si Terki Zeghloul venait me rendre visite  comme s'il le faisait avec l'un de ses enfants et il adorait avoir des échanges avec nos jeunes poètes et poétesses qui adoraient son franc-parler et sa droiture!
        Un jour, il nous fit une sorte de conférence dans laquelle, il nous dévoila certaines vérités et je résume aux lecteurs les dires de ce grand monsieur: " J'avais 14 ans et j'étais scout musulman! Les scouts de Bejaia devaient partir sur Biskra en passant par Constantine et tous les jeunes scouts algériens étaient reçus par...Si Mostefa Benboulaid! Une nuit, un jeune scout originaire de Guelma âgé de 14 ans avait déclenché une bagarre et les responsables le placèrent dans ma tente et c'était le jeune Boukharouba Mohamed qui allait devenir durant la Révolution Algérienne le célèbre Houari Boumediène!!! Depuis cette date, le jeune Boukharouba et les jeunes de Bejaia étaient devenus de  véritables frères et c'est là que j'ai su qu'il était originaire du village de Bounda Tamoqrant à 20 kms d'Ighil Ali! Ses aïeux étaient de farouches cavaliers qui avaient lutté aux côtés du cheikh Mohamed El Mokrani en 1871 et quand ce dernier perdit la victoire et la vie, le reste des Boukharouba se réfugia dans la commune d'Héliopolis où naquit Houari Boumediène dit Boukharouba Mohamed"
       Nos poètes et nos poétesses n'en revenaient d'apprendre ces vérités de cet homme si probe et si fier et quand un jeune lui dit: " Mais pourquoi les gens ne le savaient pas?", il lui répondit:" Tu sais, mon fils, que la politique a divisé les hommes! Tous les grands chefs de la Révolution savaient que Si Boumediène -Allah yerrahmou- était un pur Kabyle de la région de Bejaia et la preuve, c'est qu'il a aimé ces deux wilayas plus que toutes les autres et surtout en matière d'infrastructures! Mais, nos politiciens ne voulaient pas que cela se sache et en Kabylie, les nouveaux chefs feront tout pour taxer Boumediène de dictateur parce qu'il était originaire de la...Petite-Kabylie!!!"
     Quand un jeune poète lui dit: " Et pourquoi Boumediène était contre la langue amazighe?", notre interlocuteur nous répondit avec sa simplicité d'homme de terrain: " Notre génération n'a pas connu ces problèmes ethniques et identitaires! Pour nous, être Arabe c'est être Kabyle et être Kabyle c'est être Arabe! Et on ne peut pas demander à un jeune leader de 26 ans arrivé au pouvoir en 1962 de créer une langue que tous les rois berbères de Yarbas au dernier des rois n'ont jamais utilisée!!! Les priorités de l'Algérie étaient énormes et elles avaient pour noms: éducation, emploi, santé, agriculture, industrie..." Si Zeghloul continua sa diatribe sur ce grand homme d'état de notre pays:" Si Boumediène- Allah yerrahmou est un homme du peuple et lorsqu'il est mort, il avait laissé un pays debout mais il a fait des erreurs comme tout grand homme mais c'est malheureux de le taxer d'anti-kabyle alors que toute sa famille est d'origine kabyle mais ce sont les nouveaux chefs qui entretiennent ce sentiment de haine à l'égard d'un homme qui leur a montré la véritable grandeur des vrais chefs!"
         Si Zeghloul avait rédigé ses " Mémoires" et il m'avait demandé de les revoir pour lui mais la maladie avait fini par l'avoir et il mourut tout simplement comme il a vécu, en homme du peuple!
        Que Dieu ait pitié des âmes de tous nos valeureux hommes qui ont fait que le pays soit libre et indépendant et à leur tête Si Boumediène et mon défunt ami Si Terki Zeghloul! »